Tete Godwin

« Les plus grandes promesses démocratiques se sont toujours construites sur des crises »
[Cf. Julia Cagé, Le prix de la Démocratie. Une Démonstration implacable : Éd. Fayard, Paris, 2018, p. 441].

 « Togolaises, Togolais, le moment est arrivé pour nous de récupérer tous les volets de notre histoire récente véridique, de les méditer à fond, lucidement, d’en tirer toutes les leçons qu’ils commandent objectivement, en vue d’éviter à nos progénitures, pour autant que faire se peut, nos errements dont nous aurons énormément souffert. À bon entendeur, salut !  »

                              Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo

[Histoire du Togo – Le régime et l’assassinat de Sylvanus Olympio. (1960-1963) Ed. NM7, Paris, 2002, p. 65].

         À la vérité, au cours du mois d’août de l’an 2017, de guerre lasse, le Peuple togolais, dans son écrasante majorité, aura démontré, à la face du monde entier, sa soif inextinguible d’un CHANGEMENT POLITIQUE, ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL RADICAL sur la Terre de ses Aïeux. Plus concrètement, ce Peuple demanda et continue (!!!) à demander, aux cris de : Faure Gnassingbé Démission !!! Faure Gnassingbé Dehors !!! Faure Gnassingbé Must go !!! : (i) La fin sans délai du règne du roitelet post et néocolonial qui régente le Togo depuis le 05 février 2005. (ii) Le retour de la Constitution du 27 septembre 1992, avec sa clause qui stipule : « En aucun cas nul ne peut exercer plus de deux mandats ». (iii) Une transition politique démocratique idoine à tous points de vue, appelée à opérer ― en profondeur ― toutes les réformes requises. [Cf. mon article en date du 24 septembre 2018].

Alors, déboussolé, ayant perdu le nord ― au sens à la fois propre et figuré de cette expression ― Faure Gnassingbé sollicite et obtient le                     « secours » de ses pairs de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest). Alors, de fil en aiguille, et ce en dépit de tous les louables (!) efforts… de nos braves combattants de la liberté regroupés au sein de la Coalition C14, voici que nous nous retrouvons, au jour d’aujourd’hui, de facto, devant l’abandon pur et simple des revendications fondamentales de notre Peuple et leur remplacement par une préparation précipitée (!!!) ― au pas de course ― de soi-disant élections législatives. Mieux, même dans ce cas-ci, le régime                     RPT/UNIR entend utiliser tous ses stratagèmes habituels en vue de faire croire au monde, une énième fois, qu’il est majoritaire au Togo. Alors, je dis que la C14 a raison (!), sans nul doute raison de coller mordicus à la VOLONTÉ de notre Peuple !!! Car, une fois encore soit dit, « C’est le porteur de la plaie qui ressent la douleur de la plaie ». (Adage togolais). Alors donc, par les présentes lignes, je voudrais me permettre de rappeler, à qui accepterait de se donner la peine de m’écouter, les VÉRITÉS ÉTERNELLES (!) ci-après.

Primo, comme l’a si bien reconnu le Président des États-Unis d’Amérique John Fitzgerald Kennedy, « Ceux qui s’apposent à une révolution pacifique doivent s’attendre à une révolution violente ».

Secundo, « À l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent ». Ainsi parlait le Mahatma Gandhi : Père de l’Inde moderne.

Tertio, aucun peuple au monde n’est un peuple de masochistes. Craignons dès lors que le Peuple togolais ne finisse, un de ces quatre matins, lui aussi, par perdre (!!!) sa légendaire Patience… Quarto, la             « stabilité » socio-politique n’est guère (!) synonyme d’absence d’odeur de poudre… La stabilité véritable d’un peuple réside dans la chair, dans le cœur, dans l’esprit de ce peuple. Ce qui n’est point le cas actuellement chez le brave Peuple togolais. Que les indécrottables suppôts de la dynastie des Gnassingbé, les dignitaires plus ou moins égocentriques des États africains, les incurables épigones françafricains de Nicolas Machiavel, daignent écouter avant qu’il soit trop (!) tard.

         Quinto, quant à nous autres, héritiers des immortels pères fondateurs de la Nation togolaise, notre Mission frantz-fanonnienne m’apparaît simple : ELLE CONSISTE À IMITER (!!!), IMITER ENCORE (!!!),  IMITER TOUJOURS (!!!) ces PÈRES FONDATEURS…, EN LUTTANT SANS DÉFAILLANCE, EN VAINQUANT OU EN MOURANT, MAIS DANS LA DIGNITÉ !!! Du courage !

        

Paris, le 06 novembre 2018

Godwin Tété

Share